Documento sin título
Logotipo Salamanca Patrimonio de la Humanidad
 
Ville de Salamanque
Histoire de Salamanque

L’histoire de Salamanque a son origine dans un village établi sur la colline de San Vicente au bord de la rivière Tormes. C’était il y a environ 2700 ans, durant le Premier Âge du Fer, et depuis, ce lieu a été le témoin du passage de Vaccéens, Vettons, Romains, Wisigoths et Musulmans. Le repeuplement médiéval fut dirigé par Raymond de Bourgogne, gendre du roi Alphonse VI de Castille, qui fonda les bases d’une ville qui après huit siècles d’accumulation d’art et de sagesse, est devenue, grâce surtout à son caractère de ville universitaire, l’une des capitales de plus grande tradition culturelle et de splendeur monumentale de toute l’Europe.

Raimundo de BorgoŮa

[Raimundo de Borgoña]

Des origines modestes

Taureau du Pont

[Taureau du Pont]

Au premier Âge du Fer, un petit groupe d’agriculteurs établis dans une dizaine de maisons protégées d’une simple muraille, contrôlaient le gué de la rivière Tormes.
Quatre cents ans après, ils s’étaient étendus jusqu’à inclure dans leur enceinte la plateforme rocheuse appelée aujourd’hui le Tertre des Cathédrales.
Dès la moitié du IVème siècle av. J.-C., on peut parler de la ville antique celtibérique de Salmantica. Protégée par une muraille de pierre, dont certains fragments sont encore conservés dans plusieurs rues du vieux quartier de la ville, le cadastre présentait une structure clairement urbaine et se trouvait dans la zone d’influence de deux peuples préromains singuliers : les Vaccéens et les Vettons. C’est justement à ces derniers que l’on doit attribuer le Taureau du Pont, sculpture zoomorphe qui est devenue l’une des plus célèbres de Salamanque.

Ville Romaine

En l’an 220 av. J.-C., les presque cinq mille habitants de la Salmantica préromaine assistèrent à l’assaut dirigé par le général carthaginois Hannibal Barca, accompagné d’un exotique escadron de quarante éléphants. Cet événement, qui supposa l’entrée de la ville dans l’histoire, fut l’annonce d’une conquête romaine proche.
A partir de la moitié du Ier siècle av. J.-C., les romains firent de Salmantica une civitas peuplée et un point stratégique sur le tracé de la Vía de la Plata.
Pour faciliter le passage de cette chaussée (qui reliait Mérida et Astorga), les ingénieurs romains construisirent un long pont, qui traverse aujourd’hui encore les eaux de la rivière Tormes. La ville, qui appartenait alors à la Lusitania, parvint à la catégorie de commune.

Pont Romain

[Pont Romain]

Les siècles sombres

Les siŤcles sombres

[Les siècles sombres]

A partir du Vème siècle, la crise de Rome et les successives invasions des peuples germaniques ont signifié pour Salamanque le début de plus de sept cents ans de décadence. Bien que certaines sources documentaires mentionnent l’existence de plusieurs évêques Wisigoths à Salamanque, les témoignages archéologiques témoignent d’un déclin presque absolu de l’ancien centre urbain, et d’une faible quantité de population réfugiée dans un faubourg situé à proximité de la rivière. Avec l’arrivée des musulmans, la crise s’aggrava car la ville fut soumise à d’incessantes incursions des deux belligérants, car elle se trouvait à la limite de leur zone d’influence. Tandis qu’au nord les chrétiens échouaient dans leurs tentatives de repeuplement (parmi eux, Alphonse Ier des Asturies et Ramire II de León), au sud les musulmans se limitèrent à quelques incursions menées par le chef militaire de Cordoue, Almanzor.

Reconstruction médiévale

Reconstruction mťdiťvale

[Reconstruction médiévale]

A la fin du XIème siècle, le comte français Raymond de Bourgogne repeupla Salamanque avec un grand groupe de personnes, parmi lesquelles prédominaient les francs et les galiciens.
L’une de ses premières mesures fut de restaurer le siège épiscopal, en 1102, en la personne du moine clunisien Jerónimo Visque. Tandis que les différents groupes de population se répartissaient autour d’environ quarante paroisses, avec leurs églises respectives, la construction de la cathédrale romane commença, et l’ancienne muraille celtibérique et romaine fut reconstruite.
Le XIIIème siècle apporta de nombreuses nouveautés, certaines fondamentales pour l’avenir de Salamanque. Outre les privilèges concédés par le roi Alphonse IX de León, qui attirèrent de nouveaux immigrés (dont une abondante communauté juive), la ville vit son périmètre intramuros s’agrandir et surtout, assista, en 1218, à la fondation des Études Générales, embryon de ce qui allait devenir son Université.

Splendeur Renaissance

Splendeur Renaissance

[Splendeur Renaissance]

Après la crise du XIVème siècle, partagée par une bonne partie du continent européen, et un conflit au XVème, marqué par les affrontements féodaux de la guerre des Bandes, Salamanque aborde le XVIème décidée à devenir la ville la plus importante de la péninsule Ibérique de la Renaissance. Sa prospérité sociale et économique, fondée sur le commerce, les rentes latifondiaires et l’activité de la laine fournie par la Mesta, permit à la ville d’atteindre une population de vingt-cinq mille habitants.

Plan

[Plan]

 

L’Université atteignit également son apogée, devenant un centre de radiation culturelle puissant et décisif, qui attira à son tour des milliers d’étudiants de toutes les provenances ainsi que de nombreux ordre religieux qui recherchaient la protection intellectuelle et humaniste de cette prestigieuse institution.

Salamanque assista à une véritable fièvre constructive, avec entre autres les travaux de la Cathédrale Nouvelle, qui transforma complètement sa physionomie urbaine.

Un grand nombre de palais, maisons seigneuriales, couvents, collèges et écoles universitaires furent construits, dans lesquels prédominait un style architectural caractéristique et autochtone : le plateresque.

 

Le Siècle d’Or

[Façade de l’Université]

L’époque dorée se prolongea, du moins sur le terrain culturel, au XVIIème siècle, et coïncida avec ce que l’on a appelé le Siècle d’Or des lettres espagnoles. Il était aisé à cette époque de rencontrer dans n’importe quelle rue de la ville des écrivains, musiciens, philosophes et humanistes universels, comme Francisco de Vitoria, Fray Luis de León, Francisco de Salinas, Miguel de Cervantes, Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse d’Avila, Luis de Góngora, Mateo Alemán, Vicente Espinel, Francisco de Quevedo, Calderón de la Barca ou Lope de Vega.

Fray Luis de Leůn

[Fray Luis de León]

Vers le troisième millénaire

Ce prodigieux épanouissement social, économique et culturel se dilua peu à peu pour aboutir à une autre crise générale, qui provoqua une forte diminution démographique et une évidente transformation sociale dont seule l’oligarchie ecclésiastique sortit renforcée. Malgré cette longue décadence, quelques édifices baroques furent construits, comme la Clerecía, et la Plaza Mayor, qui allaient marquer pour toujours le paysage urbain de Salamanque.
L’impact négatif de la guerre d’Indépendance ne fut pallié que par la redynamisation économique que supposa l’arrivée du chemin de fer, et par la mise en marche de certains projets de rénovation urbaine. Cette résurgence de la société se fit également sentir dans un déclin de l’Université, qui eut en son recteur Miguel de Unamuno un révulsif efficace.
La Guerre Civile a signifié une parenthèse pendant laquelle Salamanque a brièvement été le siège du quartier général des troupes franquistes soulevées contre la République. Après le conflit et un long après-guerre, l’Université reprend son rôle de meilleur catalyseur de la vie de la ville.
L’arrivée de la démocratie a donné à Salamanque, de même qu’au reste de l’Espagne, une longue période d’organisation sociale et de prospérité économique, et en a fait un haut lieu universitaire, cultuel et touristique. En 1988, Salamanque a conquis la reconnaissance internationale de la part de l’Unesco en devenant Ville Patrimoine de l’Humanité.

Pont Romain

[Pont Romain]